Pour un approvisionnement continu des consommateurs de gaz naturel, la France mène une politique nationale de sécurisation des approvisionnements basée sur :

  • Des ressources diversifiées
  • Plusieurs modes de transport
  • Le stockage national du gaz
  • La production locale de gaz vert

Des ressources diversifiées pour un approvisionnement maîtrisé

Pour favoriser la diversité des approvisionnements et ainsi éviter tout risque d’interruption, la France dispose d’un portefeuille d’approvisionnement diversifié.

 

Source : Open Data Réseaux Energies

A savoir :
La France, avec seulement 16,7% de gaz russe, est l’un des pays européens les moins dépendants de la Russie grâce à sa politique d’approvisionnement.

Des modes de transport divers pour sécuriser l’acheminement

 

Pour sécuriser son approvisionnement en gaz naturel, la France a recours à deux types de transport :

  • Transport par gazoducs (62% du gaz importé) : La méthode de transport la plus courante du gaz naturel. Après extraction, le gaz est transporté jusqu’aux frontières françaises par gazoduc terrestre ou sous-marin.
  • Transport par méthaniers (38% du gaz importé) : Le gaz est transporté par bateau sous forme liquide (GNL) depuis les zones de production jusqu’aux centres de consommation. Le GNL est ensuite « regazéifié » et injecté dans le réseau de transport. La France dispose de 4 terminaux méthaniers (Montoir-de-Bretagne, Fos-Tonkin, Fos-Cavaou, Dunkerque.)

Le stockage du gaz, un maillon essentiel à l'équilibre offre / demande

A travers ses 16 sites de stockage, la France peut détenir jusqu’à un tiers de sa consommation annuelle de gaz naturel.
Cette importante capacité de stockage permet d’éviter, dans un premier temps, toute conséquence sur un manque d’approvisionnement en cas de crise.

La production de gaz vert, une nécessité pour l'indépendance énergétique

Produit localement à partir de déchets organiques (agricoles, ménagers…), le biométhane est une ressource 100% renouvelable, dont les propriétés et les usages sont identiques à celles du gaz naturel.
Injecté directement dans le réseau gaz naturel, le biométhane participe activement au développement de l’économie circulaire du territoire et contribue à l’autonomie énergétique.

D’ici 2024, 10% de biométhane circuleront dans les réseaux de la région Grand Est !

© Tous droits réservés RGDS 2022
FAQ